Gioachino Rossini : Le Barbier de Séville (extrait)

Direction : Magnus Fryklund / Mise en scène : Rafael R. Villalobos

Partager :

Opéra-bouffe en deux actes, sur un livret de Cesare Sterbini, d’après Le Barbier de Séville de Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, créé le 20 février 1816 au Teatro di Torre Argentina de Rome.

À l’approche de la Révolution de 1789, Beaumarchais se lance dans une critique sociale qu’il amplifiera dans Le Mariage de Figaro, censuré pour avoir dénoncé les privilèges des classes supérieures. À 24 ans, Rossini fait jaillir avec une verve inégalée une formidable comédie lyrique aux vocalises inondant airs, duos et ensembles. Dès l’ouverture, une tension inouïe s’installe, toute de rythmes et de pitreries insolentes.
En 2020 à Montpellier, la mise en scène à l’atmosphère révolutionnaire de Rafael R. Villalobos montre, à l’exemple de la transition démocratique espagnole, comment les personnages de Beaumarchais s’adaptent aux changements sociétaux. Elle réalise le focus sur Berta, un contre-ténor-maîtresse des cérémonies, archétype du serviteur pauvre, marginal, mais au charisme de star.

Un spectacle enlevé et joyeux où notre rusé barbier saura comme toujours se jouer du Comte Almaviva trop pressé de conquérir Rosine et se fourrer dans les situations les plus cocasses pour notre plus grand plaisir !

Nouvelle production Opéra Orchestre national Montpellier Occitanie

Extrait : Figaro, « Largo al factotum »

Média : Vidéos

Durée : 5mn (extrait)

Chanté en italien