Yánnis Kókkos

metteur en scène

Grec d’origine, Yannis Kokkos vit en France depuis 1963, où il étudie la scénographie à lEcole Supérieure d’Art Dramatique de Strasbourg. Il fait ses débuts comme décorateur et costumier en collaborant, à partir de 1969, avec le metteur en scène Antoine Vitez, dont il supervise la direction des scènes et des costumes, créant des espaces enchantés et abstraits, pleins de vides et d’ombres et dépourvus d’ornements, capables d’évoquer environnements naturels. Ensemble, ils créent de nombreux spectacles à la Comédie Française, au Festival d’Avignon, au Teatro Piccolo de Milan et au Théâtre de Chaillot (de 1981 à 1988).

Son activité de scénographe pour l’opéra l’a vu participer à la mise en scène d’œuvres telles que Macbeth à l’Opéra de Paris, Pelléas et Mélisande au Teatro alla Scala, à Vienne et à Covent Garden, La voix humaine au Théâtre du Châtelet, Die Zauberflöte au Staatsoper de Vienne, Don Carlo au Teatro Comunale de Bologne, Elektra au Grand Théâtre de Genève et à San Francisco. Pour le ballet, Yannis Kokkos a conçu les décors et costumes d’Ondine et l’Odyssée à l’Opéra de Hambourg, Sylvia au Palais Garnier pour la chorégraphie de Neumeier.

À partir de 1987, Yannis Kokkos commence également à se consacrer à la mise en scène, alternant spectacles de théâtre dramatique et productions d’opéra et de théâtre musical. Parmi eux, on se souvient de Boris Godounov à Bologne et à l’Opéra Bastille ; Oresteïa de Xénakis au Festival Gibellina ; Ariane et Barbe-bleue de Paul Dukas, Die Vögel, Hänsel und Gretel et Les Troyens à Genève ; La damnation de Faust au Théâtre du Châtelet ; Mort à Venise à Nancy et Liège ; Iphigénie et La Thébaïde de Racine à la Comédie Française ; Carmen, Tosca et Don Giovanni au Festival Chorégies d’Orange ; Tristan et Isolde au Welsh National Opera de Cardiff et Covent Garden ; Salomé, Pelléas et Mélisande et Les Rois, nouvel opéra de Philippe Fénelon, à Bordeaux ; Zelmira au Festival d’Opéra Rossini de Pesaro ; Alceste et La dame de pique au Scottish Opera ; Norma à l’Opéra Bastille ; Tristes tropiques de George Aperghis sur scène à Strasbourg pour la première fois ; Électre à Lyon ; Hänsel et Gretel, Médée, Outis de Berio et Les Troyens de Berlioz au Théâtre du Châtelet à Paris ; Der Fliegende Holländer à Bologne, Naples, Athènes et Séville ; Pelléas et Mélisande, Médée, Cavalerria Rusticana et Pagliacci au Théâtre du Capitole de Toulouse ; Didon et Enée, Iphigénie en Aulide, Turandot et Giulio Cesare à Nancy ; Le roi Roger et Médée au Teatro Massimo de Palerme. Il convient de noter sa collaboration avec le Teatro alla Scala, où il a dirigé la nouvelle production de Gotterdämmerung mise en scène par Riccardo Muti et où il est revenu pour mettre en scène Assassinio dans la cathédrale, Norma, Iphigénie en Aulide et Der Fliegende Holländer ; suivi par Semele au Scottish Opera de Glasgow ; Tristan et Isolde à Bruxelles et Athènes ; Tancredi au Teatro Real de Madrid et Séville ; Nabucco à Monaco et Valence ; Iphigénie en Aulide au Teatro dell’Opera di Roma ; Tancredi au Teatro Regio de Turin ; Die Frau ohne Schatten au Teatro del Maggio Musicale de Florence ; Jules César en Egypte à Bilbao ; Don Quichotte, Les Troyen, Samson et Dalila à Saint-Pétersbourg ; Les Troyens et Édimbourg ; Lucia di Lammermoor et Don Giovanni à Pékin.

Il a été acclamé par le public et la critique pour sa mise en scène d’Œdipe à Colone de Sophocle qui a été mise en scène à Syracuse et à Epidaure et pour sa mise en scène d’Elektra à Athènes à l’occasion de l’inauguration du Centre culturel de la Fondation Stavros Niarchos à l’Opéra national grec, ces sont suivis par Tristan et Isolde au Petruzzelli de Bari, Le Rossignol et Jolanta au New National Theatre de Tokyo ; Henri IV de Pirandello en Sicile et en tournée en Italie.

Une grande exposition « scènes de Yannis Kokkos » a été consacrée à son travail au Centre National du Costume et de la Scénographie (CNCS) en France. À cette occasion est publié le livre qu’il a écrit « Scènes » aux éditions Actes/Sud.

Yannis Kokkos obtient en 1986 le Prix du Syndicat de la Critique pour la scénographie d’Elektra et, en 1987, deux Molières pour la mise en scène de L’Échange et les costumes de Madame de Sade, ainsi que la Médaille d’Or de la Quadriennale de Scénographie de Prague pour sa carrière. La production de Clemenza di Tito, pour la mise en scène à l’Opéra de Bordeaux et au Welsh National Opera, a reçu le Prix Laurence Olivier de la meilleure interprétation d’opéra en 1998.

 

(mis à jour 06/2024)