Editorial

Michaël Delafosse

Président de Montpellier Méditerranée Métropole
Maire de la Ville de Montpellier

Avec celles et ceux qui veulent créer

Je crois intimement au pouvoir de la musique et à la place de la culture dans nos vies. Les équipes de l'Opéra Orchestre national Montpellier Occitanie ne manquent pas de passion pour vous en convaincre et vous le découvrez à nouveau en parcourant cette programmation 2020 – 21.

Débutant en septembre avec Le Barbier de Séville, ouvrage le plus réjouissant de Rossini, la saison lyrique se termine en mai avec la non moins réjouissante Marie-Nicole Lemieux pour le drame de Massenet Werther dans lequel elle incarne sa toute première Charlotte. Quand on a gouté à la musique tellurique de Stravinski dans Le Sacre, l’irrépressible émotion suscitée par la Pathétique de Tchaïkovski, la passion de Wagner pour les amours inaccessibles, on connait la puissance d’une saison symphonique.
La musique de chambre et baroque est servie avec générosité par des artistes invités – Alexandre Tharaud, Khatia Buniatishvili, Jakub Józef Orliński, Philippe Jaroussky… et par les solistes de l’Orchestre national de Montpellier.

Qui n’a pas vu l’ébahissement d’un enfant quand il découvre la musique vivante, ne peut comprendre ce besoin absolu de Partage : des ciné-concerts, des midis musicaux, des productions d’Opéra Junior qui du Roi Pausole à La Reine des Fées fête ses trente ans et s’inscrit dans les préoccupations de ce siècle avec la commande de Climat de Russell Hepplewhite.

Cette saison, c’est aussi la danse avec la complicité de Montpellier Danse ainsi que les musiques d’ailleurs parfois en association avec le festival Corée d’ici ou la Caravane Arabesques.

Enfin je remercie infiniment notre chef principal Michael Schønwandt qui nous fait l’immense honneur de diriger l’Orchestre depuis 2015 ainsi que Magnus Fryklund, brillant jeune chef assistant. Je veux saluer la qualité de cette formation avec ses 84 musiciens et son chœur de 32 choristes.

Je souhaite profondément qu'on puisse se retrouver dans nos salles de spectacle afin que le travail et surtout la passion des forces artistiques comme ceux de l’Opéra Orchestre national Montpellier Occitanie s'expriment à nouveau pleinement pour être partagés par le plus grand nombre.

Montpellier doit être aux côtés de celles et ceux qui veulent créer. Excellents concerts à toutes et à tous.

Michaël Delafosse
 

Carole Delga

Présidente de la Région
Occitanie Pyrénées-Méditerranée

Une programmation dense et pleine d’espoir

C’est avec une intense émotion et un immense enthousiasme que je salue la programmation 2020 – 21 de l’Opéra Orchestre national Montpellier Occitanie. La culture malmenée, comme tant d’autres secteurs ces derniers mois, nous fait à nouveau de belles promesses, des promesses nourries par la passion et l’engagement de tous ceux qui, dans l’ombre ou dans la lumière de la scène, continuent à croire en la musique comme un élément essentiel à la vie.

Alors oui, cette année plus encore que les précédentes, la Région soutient l’Opéra Orchestre national Montpellier Occitanie. Bien sûr, ce que nous venons de vivre restera gravé dans nos mémoires individuelles et collectives mais chacun à sa place, dans ses missions, participe à conduire le monde vers des jours meilleurs. Cette nouvelle saison 2020 – 21 est réparatrice, pour partie, en cela qu’elle intègre autant que faire se peut les productions et les concerts qui n’ont pu avoir lieu lors de la dernière partie de saison 2019 – 20. Je pense notamment à Falstaff, au récital de Jakub Józef Orliński, au concert La Pathétique, à La Révolte des Trois Grâces, production de l’artiste en résidence à l’Opéra Orchestre Gabriel Desplanque.

À cela s’ajoute une programmation qui, j’en suis certaine, ravira tous ceux qui fidèlement retrouveront le chemin des opéras Comédie et Berlioz. Citons pour les productions lyriques Le Voyage dans la lune de Jacques Offenbach – mise en scène Olivier Fredj – ou pour les concerts symphoniques Sergueï Prokofiev avec la Symphonie n° 4 en ut majeur. Soulignons aussi que cette prochaine saison sera l’occasion de fêter les 30 ans d’Opéra Junior, créé par Vladimir Kojoukharov en 1990.

Par ailleurs, l’Opéra Orchestre national Montpellier Occitanie nous promet pour cette saison de beaux voyages dans des univers à la fois contemporains et emprunts de transmission forte. Il réussit en ouvrant la scène à des artistes comme Souad Massi ou Imany à faire la part belle aux Musiques du Monde. Des choix engagés, une invitation à la découverte, aux mélanges de genre que je soutiens, portée par la conviction que la culture est la noblesse de l’Homme et une arme puissante contre les vents obscurs.

Je vous souhaite à toutes et tous de belles (re)découvertes musicales en compagnie de l’Opéra Orchestre national Montpellier Occitanie !

Carole Delga
 

Jean-François Carenco

Président de l’Opéra Orchestre national Montpellier Occitanie

Une saison particulière

Après six mois d’interruption, l’Opéra Orchestre national Montpellier Occitanie reprend son activité pour cette nouvelle saison : notre ambition est d’être à la hauteur de vos attentes, de vos envies, de votre exigence, de ce qu’apporte la musique à nos cœurs, à notre vie, à notre Cité.

Un regret d’abord, puisqu’en raison du coronavirus nous n’avons pu maintenir Aida à notre programme, mais le Falstaff de Verdi annulé en mars 2020 pour les mêmes raisons, sera repris pour 4 représentations en janvier 2021.

Notre saison d’opéra s’annonce sous de beaux auspices. Merci à notre chef Michael Schønwandt, merci à Jérôme Pillement, merci à Valérie Chevalier qui a réussi à créer cette saison dans des conditions difficiles.

Rossini avec Le Barbier de Séville, Offenbach avec Le Voyage dans la lune, Schumann avec Scènes du Faust de Goethe, Massenet avec Werther, nous enchanterons cette saison, tout comme Opéra Junior dont nous fêterons les 30 ans d’existence.

Et puis à côté de l’opéra il y a nos concerts symphoniques avec des chefs invités pour accompagner Michael Schønwandt et Magnus Fryklund notre chef assistant : Karen Kamensek, Lionel Bringuier, Roderick Cox, Gergely Madaras ; qu’il me soit permis de citer Le Boléro de Ravel, la Symphonie « Héroïque » de Beethoven, notre traditionnel concert du Nouvel An, mais aussi un concert Bizet dirigé par Laurence Equilbey dans l’Opéra Comédie qui sera donné le lendemain à la Philharmonie de Paris.

Mais je me dois de mettre en avant aussi les concerts des musiques d’ailleurs et une soirée exceptionnelle le 13 mars intitulée Fêlures du mal, sur la musique de Léo Ferré, mettant en avant des poèmes de Baudelaire, Rimbaud, Verlaine, sans oublier de citer la musique baroque ainsi que la programmation danse en partenariat avec Montpellier danse.

Et puis parce que c’est notre vocation régionale, nos déplacements à Carcassonne, Céret, Sète, et même en novembre à Aix-en-Provence... Bref que du plaisir à venir : merci à nos musiciens et nos choristes, à nos personnels techniques et administratifs, aux jeunes d’Opéra Junior et aux participants à « Un air de famille ».

Oui, le beau sauve le monde et la culture nous rassemble dès lors qu’une diffusion populaire ne s’oppose pas à l’impératif d’exigence.Je suis très fier de ce que nous allons vous donner à écouter et à voir. Merci à l’État et aux collectivités qui nous financent et notamment la Métropole de Montpellier.

Je souhaite qu’un public nombreux vienne chercher du plaisir avec l’Opéra Orchestre.
Bonne saison à tous !

Jean-François Carenco
 

Valérie Chevalier

Directrice générale de l’Opéra Orchestre national Montpellier Occitanie

Une saison d’utopie et de résilience

Le contexte si particulier de l’année 2020 a conforté ma conception d’un Opéra Orchestre conçu pour chacun et chacune, partagé par le plus grand nombre.

Les portes de nos salles vides sont restées fermées, nous renvoyant à l’implacable réalité d’une grande chaîne, celle d’une communauté culturelle qui n’existe que dans la rencontre directe aux œuvres et leur partage avec les autres.

Les équipes et moi-même avons travaillé à un projet adapté aux contraintes sanitaires afin d’assurer votre sécurité et celle de l’ensemble des personnels de notre institution. Ces épreuves traversées et toujours présentes nous font mûrir, et plus que jamais, réunir est au centre du projet de l’Opéra Orchestre national Montpellier Occitanie.

Les incertitudes de la rentrée ont retardé l’édition de votre brochure, dont Lim Kiihwan invente les illustrations toniques depuis la Corée.

La prudence nous a dicté de reporter notre production d’Aida, et c’est Le Barbier de Séville de Rossini qui ouvrira la saison, en toute légèreté, afin de répondre aux précautions sanitaires. Nous nous retrouverons pour ces heures d’insouciance qui ont tant manqué à nos vies ces derniers mois. J’en ai confié la mise en scène à un jeune artiste de la nouvelle scène espagnole, Rafael R. Villalobos, et c’est une jeune Montpelliéraine, la talentueuse Adèle Charvet, qui mènera la Sévillane.

Puis, avec Le Journal d’un disparu de Leoš Janáček, Ivo van Hove nous  entraîne dans un voyage entre rêve et réalité qui nous plonge dans l’intimité de l’œuvre poétique et autobiographique du compositeur. Le Journal d’un disparu trouve un écho contemporain dans le Journal de la compositrice belge Annelies van Parys (1975 – ).

Le Voyage dans la lune de Jacques Offenbach est le fruit d’un appel à projet du Centre Français de Promotion Lyrique, remporté par Olivier Fredj et son équipe. Cette production qui rassemble 18 institutions lyriques s’inscrit dans une réflexion de mise en commun de moyens et sillonnera la France et la Suisse pendant près de 3 ans. Plus que jamais, la nécessité de « faire ensemble » et d’incarner la notion d’écoresponsabilité s’impose. Le secteur musical est loin d’y être étranger, cette production en est l’illustration concrète.

Falstaff de Verdi dont les répétitions ont dû s’arrêter net la saison passée, à quelques jours de la Première représentation, a pu être reporté. C’est avec une joie immense et beaucoup d’émotion que nous vous présenterons cette production « maison ».

L’artiste plasticien Julian Rosefeldt dont le film Manifesto, avec Cate Blanchett, avait été qualifié d’Art Total par la presse internationale, aborde avec un romantisme contemporain le Bien et le Mal de l’oratorio profane de Schumann Scènes du Faust de Goethe.

C’est ensuite le sujet grave de la dépendance et des limites des réseaux sociaux dont s’empare Ted Huffman dans cette histoire, tirée de faits réels, de deux adolescents russes Denis et Katya qui se donnent la mort en direct. Philip Venables (1979 – ) illustre avec un réalisme terrifiant le texte que signe notre metteur en scène en résidence. Ce spectacle sera donné à l’Agora de la Danse, lieu symbolique pour crier au monde sa folie douloureuse.

La saison lyrique s’achève sur le romantisme noir des amours contrariées de Werther et de Charlotte, incarnée par Marie-Nicole Lemieux en une prise de rôle attendue.

Notre grand projet participatif retrouve le plateau Berlioz pour le bonheur des 300 chanteurs amateurs d’Un Air de Famille qui ont travaillé chaque semaine avec nos équipes artistiques pour nous livrer un Carmina Burana de Carl Orff, une des grandes pages de la littérature chorale, rendez-vous contrarié de la saison passée.

Notre saison symphonique est marquée par des œuvres phares du répertoire symphonique : la Pathétique, les Wesendonck, le Boléro, Les Nuits d’été, l’Empereur, le Concerto pour la main gauche de Ravel etc.

Notre chef principal Michael Schønwandt ouvrira et la saison lyrique et la saison symphonique avec le majestueux Concerto pour piano dit de l’Empereur, avec le grand Nicholas Angelich. Il la clôturera avec le chef d’œuvre de Stravinsky, Le Sacre du printemps, ô combien symbolique de tous les renouveaux ! Je ne peux citer dans ces lignes l’ensemble de nos éminent.es invité.es, parmi lesquel.les vous retrouvez dans cette brochure la grande cantatrice Elza van den Heever, résidante de la Métropole de Montpellier, soprano à la voix ample et solaire que nous accueillons pour un concert autour de Wagner. Vous le voyez, nous parcourons des siècles de musique, mais nous nous arrêterons le temps d’un concert commenté pour vous expliquer la musique contemporaine. C’est Benjamin François, notre musicologue maison, rédacteur de l’excellent livre Les 100 chefs-d’œuvre du classique pour les nuls qui aura la tâche de vous éclairer sur un programme que j’ai voulu avant tout accessible.

C’est avec bonheur, en tant que femme Directrice Générale d’un Opéra Orchestre national, que je suis heureuse de mettre lumière tant de musiciennes, non seulement des solistes, mais aussi des compositrices : les françaises Lili Boulanger et Camille Pépin, « Compositrice de l’année » aux Victoires de la musique classique 2020 ; l’Américaine Jennifer Higdon, Prix Pulitzer ; la Belge Annelies van Parys ; la Suédoise Andrea Tarrodi, Prix de la meilleure composition des Éditions Musicales Suédoises ; la compositrice anglaise Bushra El-Turk, professeure au Royal College de Londres, et bien sûr Sivan Eldar, israélo-polonaise, en résidence à l’Opéra Orchestre. De même, plusieurs femmes se succéderont au pupitre pour diriger l’orchestre : Karen Kamensek, Jessica Cottis, Chloé van Soeterstède et Laurence Equilbey pour un Concert Bizet qui débutera au Corum pour se prolonger à la Philharmonie de Paris.

J’ai construit la saison de musique baroque et de musique de chambre grâce à l’implication de nos deux supersolistes Dorota Anderszewska et Cyrille Tricoire qui fédèrent les solistes de l’orchestre autour d’eux, mais également grâce à la fidélité des artistes qui ont su trouver des dates de report des concerts annulés par les circonstances : Khatia Buniatishvili, Jakub Józef Orliński, Les Ombres, ainsi que le duo Sol Gabetta et Bertrand Chamayou. Ces artistes seront rejoint.es dans la saison par de brillant.es solistes dont le duo formé par Jean-Guihen Queyras et Alexandre Tharaud, sans oublier quelques habitués de nos scènes, le Quatuor Arod ainsi que Philippe Jaroussky à la direction musicale de son ensemble Artaserse.

À l’heure où nos déplacements restent limités par la prudence sanitaire et écoresponsable, c’est le monde qui vient à nous. Le périple culturel et musical auquel nous convient les artistes est exceptionnel : voyageant des mélodies sensibles et populaires d’Alain Chamfort aux titres emblématiques de la chanson pop, que reprend Imany de sa voix de contralto dans Voodoo Cello; parcourant les contrées obscures et poétiques de Léo Ferré lorsqu’il met en musique Baudelaire et Verlaine, titres interprétés par la chanteuse lyrique Vera Cirkovic ; avec pour compagnon de voyage la Caravane Arabesques, une évasion en compagnie de Waed Bouhassoun et Souad Massi qui chantent avec émotion leur terre natale.

Chaque saison, nous proposons des concerts et des moments ouverts sur d’autres disciplines. Pour les enfants, de nombreux moments d’initiation à la  musique, pour encourager, aider et rassurer les parents, nos animateurs culturels assurent des ateliers-garderies pour les petits, ouvrant ainsi la possibilité aux parents d’assister aux spectacles. Pour les plus grand.es, nous vous préparons un Escape Game « Scène de crime », une Winter Party et une Spring Party dans les Grands Foyers de l’Opéra, pour celles et ceux qui ont le sens de la fête et aiment se retrouver sur la « place de la Com », tel Gabriel Desplanque, artiste en résidence qui donne la parole à la statue emblématique de l’Œuf avec La Révolte des Trois Grâces.

Les ciné-concerts sont devenus des rendez-vous incontournables pour les sorties en famille et entre ami.es : Amadeus de Miloš Forman, film culte grâce auquel nombre d’entre nous ont découvert le génie de Mozart, et Matrix qui nous projette dans une fiction futuriste.

Notre chef assistant Magnus Fryklund donnera le coup d’envoi de la nouvelle année 2021 avec deux concerts consacrés au rythme de la Valse éternelle, pour notre public fidèle de plus en plus nombreux !

Le partage c’est surtout n’oublier aucun public. Comme chaque saison, nous continuons de développer de nombreuses actions de médiation avec nos artistes permanents et nos artistes en résidence. Plusieurs de nos représentations d’opéra enrichissent leur accès par l’audiodescription et le surtitrage adapté. Nous proposons des visites tactiles et en Langue des Signes Française. Faciliter votre accès aux œuvres, c’est aussi offrir des conférences, des flashs et des préludes qui guident votre écoute, en amont des représentations.

Notre compagnonnage avec Montpellier Danse se poursuit et nous avons réorganisé notre saison pour faire place à Montpellier Danse 40 Bis, reporté à l’automne. Au cours de cette saison, nous vous proposons ensemble une passerelle entre Danse et Musique de Chambre avec le Sacre du Printemps revisité par Israël Galván ainsi qu’un grand ballet classique La Belle au Bois Dormant avec notre orchestre en grande formation.

Chaque saison, nos Artistes s’illustrent en Région pour des actions de médiation et des concerts aux formats adaptés : chapelle de village, gymnase, scène nationale...

Toute cette saison sera l’occasion de fêter les 30 ans d’Opera Junior, notre structure intégrée d’initiation à l’opéra. Créé par Vladimir Kojoukharov, Opéra Junior a rejoint l’Opéra Orchestre en 2014. Nous transmettons nos métiers et nos passions à plus de 200 enfants et jeunes adultes, de 7 à 25 ans. Opéra Junior incarne la transmission des valeurs universelles et de notre héritage culturel.

Le confinement a entraîné une accélération de la consommation culturelle en ligne et vous avez été plus de 1 500 000 à visionner nos contenus sur les réseaux sociaux.Certains d’entre vous ont découvert la musique en ligne. Pour remercier les fidèles d’avoir fréquenté assidûment et « liké » nos publications et pour encourager celles et ceux qui ont découvert notre univers à vivre la musique vivante, sur nos scènes avec nos artistes, nous avons décidé pour cette réouverture de l’Opéra Orchestre d’appliquer un tarif unique de 10 € sur la quasi-totalité de nos représentations entre septembre et
décembre 2020 ! Voici une nouvelle chance de partager ensemble de grands moments d’émotion, de rires et d’émerveillements.

Ainsi, toute cette saison nous offre d’oublier ce manque de frissons, de larmes, de rires, de silences, d’abandon, et d’émotions… Nous allons retrouver la beauté du monde et la poésie du Spectacle vivant.
 
Valérie Chevalier

Michael Schønwandt

Chef principal de l’Opéra Orchestre national Montpellier Occitanie

La musique naît du silence

La pandémie, qui a frappé de manière si inattendue, nous a tous contraints au mutisme et à l’éloignement depuis plusieurs mois.

Je suis convaincu que nous avons tous réalisé à quel point la musique live nous est indispensable, les musiciens comme le public. Désormais tous les artistes de l’Opéra Orchestre national Montpellier Occitane débordent d'énergie pour briser ce silence forcé et recréer le lien qui nous unit à vous, public, à travers la musique sous toutes ses formes.

Nous aspirons tous avec impatience à cet instant magique, lorsque la première note déchire le silence et vous touche au cœur, chers spectateurs. C'est alors que la magie renaît !

Et tour à tour la musique embrasse, transporte, effraie, caresse, dépeint, menace, réconforte, exprime tous ces sentiments universels, ces expressions essentielles et ces architectures acoustiques que nous, les artistes musiciens et chanteurs transmettons au public pour, ensemble, tous nous réunir.

Retrouvons-nous dans le monde infini et magique de la musique - des sonates les plus intimistes aux symphonies les plus grandioses – rencontres plus que jamais nécessaires dans la société d'aujourd'hui et celle à venir !

 

La musique commence là où s'arrêtent les possibilités du langage (Jean Sibelius)

 

Bienvenue !

Michael Schønwandt